www.ferme-des-tourelles.net - Nos CHEVRES MINIATURES

www.ferme-des-tourelles.net - Nos CHEVRES MINIATURES

Les Bouches Inutiles (extrait)

 

Les Bouches Inutiles (extrait)

 

 

« Ce terrible moment devait arriver pour lui, comme il était arrivé jadis pour son père, pour sa mère, auxquels, bras impotents et bouches inutiles, il avait, lui aussi, avec une implacable rigueur, refusé le pain des derniers jours sans travail. Depuis longtemps, il le voyait venir, ce moment. À mesure que ses forces diminuaient, diminuaient aussi les portions parcimonieusement réglées de ses repas. On avait d'abord rogné sur la viande du dimanche et du jeudi, puis sur les légumes de tous les jours. C'était au tour du pain, maintenant, qu'on lui retirait de la bouche. Il en se plaignit pas et s'apprêta à mourir, silencieusement, sans un cri, comme une plante trop vieille, dont les tiges desséchées et les racines pourries ne reçoivent plus les sèves de la terre.

Lui qui n'avait jamais rêvé, il rêva, cette nuit-là, à sa dernière chèvre. C'était une très vieille, une très douce chèvre, toute blanche, avec de petites cornes noires et une longue barbiche pareille à celle des diables de pierre qui gambadent sur le portail de l'église. Après avoir longtemps donné de jolis chevreaux et du bon lait, son ventre était devenu stérile et ses mamelles s'étaient taries. Elle ne coûtait rien pourtant en nourriture et en litière, et ne gênait personne. Au piquet, tout le jour, à quelques mètres de la maison, elle broutait les pointes d'ajonc de la lande communale et se promenait, de la longueur de sa corde, bêlant joyeusement sur les gens qui passaient au loin, dans la sente. Il aurait pu la laisser mourir aussi. Mais il l'avait égorgée, un matin, parce qu'il faut que tout ce qui ne rapporte plus rien, lait, semences ou travail, disparaisse et meure. Et il revoyait l'oeil de la chèvre, son oeil tendrement étonné, son doux oeil plein d'un affectueux et mourant reproche, quand, la maintenant abattue entre ses cuisses serrées, il farfouillait la gorge sanglante de son couteau. En se réveillant, l'esprit encore occupé de son rêve, le père François murmura :

C'est juste... Un homme est un homme, comme une chèvre est une chèvre... Je n'ai rien à dire... C'est juste !... »

 

Octave Mirbeau, Les bouches inutiles (extrait), 1893

 

 


  

https://static.blog4ever.com/2010/09/439799/artfichier_439799_1580750_201212203145860.jpg

  



23/01/2011
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 135 autres membres